Le grille-pain : écologie et sécurité

Des tranches de pain croquantes et dorées à souhait, cela porte un nom : le grille-pain. Allié inconditionnel des petits déjeuners, cet appareil a évolué à travers le temps pour aujourd’hui marier performance et modernité. Avec toutes ces qualités, il fera des matins un tourbillon de viennoiseries et de toast si croustillants que les palais en redemanderont.

Le tout premier grille-pain

Cet appareil électroménager est apparu sous la facette d’un fil de résistance au nichrome s’enroulant autour d’une feuille plane de mica ou d’amiante. A l’époque, la majorité des modèles n’étaient pas fermés. Pour cela, un support de broche situé sur les deux côtés du grille-pain accueillait le pain. La douille pour ampoule servait à l’époque d’alimentation pour la mise en marche de l’appareil.

Côté matière, le métal pressé ou le métal coulé étaient les plus en vogue pour leur fabrication mais certains modèles sont toutefois parvenus à conjuguer performance et élégance.

Il fallut patienter jusqu’en  1920 pour le voir se doter d’une porte mais surtout du sacro-saint principe de l’automaticité (par le biais du minuteur, du mécanisme d’éjection, etc.) sur lequel se fonde tout le charme des appareils électroménagers.

Les fonctionnalités du grille-pain

Actuellement, cet appareil se dote de nombreuses fonctionnalités telles que celle d’éviter à son utilisateur d’avoir à décongeler le pain surgelé avant de le faire griller puisqu’il permet de griller du pain surgelé, celle de ne griller qu’une seule face ainsi que celle de réchauffer sans griller par le biais des fonctions de maintien au chaud ou encore opter de ne rendre croustillants qu’un nombre prédéfini de tranches de pains par les leviers séparés.

Certains modèles permettent même de ne pas avoir à ramasser les miettes après chaque utilisation grâce à l’option ramasse-miettes dont ils sont agrémentés.

Mécanisme de fonctionnement du grille-pain

En général, le grille-pain a recours aux propriétés du rayonnement infrarouge pour pouvoir chauffer et/ou griller une tranche de pain. Le processus de déclenchement du mécanisme s’effectue comme suit : un courant électrique passe tout d’abord à travers un alliage nickel-chrome en bobine. Ceci a pour effet de produire de la chaleur : l’effet Joule. C’est cette chaleur là qui sera à l’origine du mécanisme qui chauffera et/ou grillera le pain.

Quant à la caramélisation, elle résulte d’un processus chimique, mais tout aussi simple : le pain grillé est constitué de moins de pourcentage d’eau qu’un simple pain car, approximativement 35% de la masse d’eau s’est évaporée. Sous l’effet de la chaleur, l’amidon se transforme en simples sucres après s’être brisé.

Le mécanisme d’éjection repose sur l’action d’une bande bimétallique coupant le circuit et actionnant le levier dans le dessein de libérer le support lorsque l’intérieur de l’appareil est chaud.

Consommation d’énergie

Entre 600 et 1200W, c’est la fourchette de consommation d’énergie du grille-pain. Pour amoindrir la consommation en électricité de cet appareil, quelques précautions sont à prendre lors de son utilisation : en premier lieu, choisir son appareil en fonction de son étiquette label. Cette dernière se matérialise par une lettre variant de A à G. Elle renseigne sur la consommation d’énergie du matériel et se déchiffre de manière très simple : plus l’on se rapproche de la lettre A, moins l’appareil est consommatrice d’énergie.

En second lieu, ne faire usage de l’appareil que lorsque cela s’avère nécessaire. En d’autres termes, on ne fera chauffer/griller que les tranches de pain à consommer. Et, on évitera, en outre, de les laisser trop longtemps dans l’appareil, si celui-ci possède une option de maintien de température, pour éviter de gaspiller de l’énergie.

Conseils pour la sécurité

Le 2 décembre 2006, la Commission de la Sécurité des Consommateurs a émis un avis général sur la sécurité des grille-pains. Ceci, car l’éventuel danger représenté par ces appareils a attiré son attention. Ainsi, un essai effectué par le Laboratoire National d’Essai a permis de mettre à jour la cause majeure des risques d’incendie de ce type d’électroménager : le blocage de leur chariot interne (autrement dénommé « panier de cuisson) provoqué par l’introduction d’une tranche de pain très épaisse.

Il en résulte donc que la coupure de l’alimentation que l’arrêt de la minuterie devrait en principe déclencher ne s’effectue pas de manière automatique tandis que, parallèlement, les résistances poursuivent le processus qui tend à chauffer le pain (qui brûle dans ce cas de figure). Ce qui provoque la formation d’une flamme, pouvant atteindre plus de 30 cm de hauteur, et possédant la capacité de donner naissance à un incendie.

De prime abord, le conseil le plus judicieux que l’on puisse donner aux utilisateurs est de veiller à ne pas introduire une tranche de pain trop épaisse pour ne pas entraîner le blocage du panier à cuisson. En outre, il faut veiller à bien lire le mode d’emploi livré avec l’appareil lors de son achat.

D’ailleurs, la Commission de la Sécurité des Consommateurs prie déjà les fabricants de faire figurer dans les notices des conseils qui viseraient à contourner le problème engendré par le blocage du panier à cuisson.  A signaler que pour optimiser les chances d’éviter un accident domestique, il serait sage de procéder à un nettoyage régulier de l’appareil car, outre la tranche de pain trop épaisse, les résidus des miettes de pain peuvent aussi provoquer la formation d’une flamme.  L’usage du grille-pain requiert donc juste moult précautions pour éviter les accidents domestiques

Dans le dessein d’éradiquer de façon définitive le danger représenté par le blocage du panier à cuisson, la Commission pour la Sécurité des Consommateurs, par le biais d’une demande adressée aux autorités normatives françaises, cogite pour chercher une solution qui permettrait le stoppage effectif de l’alimentation électrique à la fin de chaque cycle de grillage.

.